173

hitparadeRÉSUMÉ DU LIVRE

« Allongée dans les draps humides, elle se rappelait ensuite leur premier baiser, et cette chanson, Message personnel, pour laquelle elle avait maintenant une tendresse particulière. Ce jour-là, Françoise Hardy était un peu devenue son amie, et le mois de septembre qui annonçait jadis la fin des vacances, la rentrée des classes et le retour de l'automne, le mois du bonheur. Jamais son sourire, quand sur l'écran du plafond elle croyait apercevoir la salle du Zeyer, n'échappait à Harold. »

Après Près du Corps et Écume Palace, je viens de me délecter dans le nouvelle production d'Arnaud Guillon, qui s'attaque avec bonheur au genre de la nouvelle dans Hit-Parade.

Nostalgie et mélancolie musicale sont toujours au rendez-vous dans les six nouvelles parsemées des tubes de Françoise Hardy, David Bowie, Gérard Lenorman, Léonard Cohen, Leo Ferre, Serge Regianni et des Beatles qui constituent autant de madeleines tout au long des textes ciselés avec le style maintenant caractéristique d'Arnaud Guillon.

Que ce soit a la sortie de la Fnac, au pied d'un appartement parisien des boulevards de ceinture (Modiano toujours présent!), auprès d'un couple au bord de la rupture, ou en Italie pendant un mariage ou l'on imagine tous les invités sortis d'un pub pour San Pellegrino, Guillon fait défiler les souvenir et les réminiscences du passé.

C'est mélo, suranné, pleins d'émotions et de trémolos. Juste ce qu'il faut pour chacune des six nouvelles qui aurait pu doubler de volume, mais point trop n'en faut.

Guillonesque a souhait! Souvenir, souvenir, n'est-ce pas le titre d'une chanson...

Bebebook